Les processeurs et les microcontrôleurs font leur show à ISSCC

La conférence ISSCC, qui s’est tenue à San Francisco en février, a été comme chaque année l’occasion de découvrir de nombreuses présentations dans le domaine des microprocesseurs, des processeurs embarqués et des microcontrôleurs.

Pour sa 64e édition, la conférence ISSCC (International Solid-State Circuits Conference), l’une des doyennes des manifestations dédiées à la conception de semi-conducteurs, a encore rassemblé une large foule d’ingénieurs dans les couloirs du Marriott de San Francisco, du 5 au 9 février dernier. Comme à l’accoutumée, la plupart des grandes thématiques du secteur ont été concernées, des convertisseurs analogique numérique aux imageurs en passant par l’amplification de puissance, les émetteurs et récepteurs radiofréquences, les mémoires ou encore les régulateurs de tension. Impossible de détailler l’ensemble des nouveautés, même en se limitant aux travaux émanant des industriels et non des universitaires (lesquels sont, pourtant, souvent adossés à des fabricants).

Ce premier florilège concernera donc les processeurs, sujets de nombreuses annonces parmis les plus notables cette année.

IBM a ainsi profité de la conférence ISSCC pour présenter son processeur Power9, un circuit optimisé pour les centres de données, l’infrastructure du cloud et l’intelligence artificielle. Ce processeur à 24 coeurs embarque huit milliards de transistor FinFET 14nm sur SOI. Il est décliné en quatre configurations, avec pour chacune différentes options de mémoire, de coeurs et d’accélérateurs. A son firmament, le Power9 intègre dédiés à la gestion du rendu, 32+32Ko de mémoire cache de niveau 1 par coeur, 512 Ko de cache de niveau 2 pour chaque paire de coeurs et 120Mo de cache de niveau 3 (de type eDram) pour l’ensemble du circuit.

Un effort particulier a été effectué pour limiter la consommation de la puce. Des régulateurs de tension internes permettent par exemple de moduler l’alimentation des coeurs et des mémoires caches de niveau 2 et 3, ce qui permet de réduire de 50 % la chute de tension effective par rapport au Power8. Cinquante-huit domaines d’horloge sont répartis sur le circuit grâce notamment à des buffers à impulsions qui assure un gain de consommation de 10 %.

Plus d’info dans un prochaine article

 

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *